Après les élections

Publié le par alternative-amu

           Les élections aux conseils centraux de l’Université d’Aix Marseille viennent d’avoir lieu. Bien que nos listes aient obtenu le soutien de près de 27% des collèges A et de plus de 40% des collèges B au conseil d’administration, les effets pervers de la loi LRU ne leur permettent d’avoir que 2 élus au conseil d’administration (C.A.). Elles ont donné une majorité de 12 élus sur 14 à la liste concurrente Sprint.

 

            Malgré une campagne difficile et le déséquilibre des moyens engagés, la cohérence et la justesse de nos propositions ont rencontré un écho important dans notre communauté : les valeurs que nous défendons sont non seulement au centre des préoccupations, mais constituent de plus une véritable réponse aux besoins de l'Université de demain.

 

            Nous remercions l’ensemble des électeurs qui ont voté pour nous mais également ceux que nous avons rencontrés sur les différents sites et qui ont débattu de la politique de la future université fusionnée. Nos listes sont majoritaires dans le secteur LSH, et dans le secteur sciences et technologies. La question est donc posée d’une réelle prise en compte des projets et des aspirations des collègues de ces deux secteurs très importants dans l’université fusionnée. 

 

            Nous souhaitons bonne chance à l’université d’Aix Marseille et assurons nos collègues et l’ensemble des élus de notre énergie et de notre détermination à défendre un service public de qualité en enseignement et en recherche, une expression démocratique des conseils et la transparence du fonctionnement de l’établissement. Nous appelons l’ensemble des élus à se mobiliser avec nous dans ce but.

 

 

         Michel Provansal et les candidates et candidats des listes « Pour l’université d’Aix Marseille : démocratie, partage des savoirs, service public »

Commenter cet article

xavier jaffré 03/12/2011 22:59

Bonsoir,

J'apporte au moins 300 milliards d'euros
pour les universités françaises, et ce n'est
pas une blague.

X.J