Prime d'excellence scientifique

Publié le par alternative-amu

 

Logo Snesup-FSU

 

Communiqué du SNESUP-FSU

Prime d'excellence scientifique

 

Le SNESUP-FSU n'a eu de cesse de combattre quotidiennement la loi LRU dont il demande encore et toujours l'abrogation. Un exemple de ce qu'elle peut produire comme gestion arbitraire s'exprime à travers l'attribution de la prime d'excellence scientifique (PES) pour la campagne 2012. La plupart d'entre nous a en effet reçu une note d’informationde la division du personnel enseignant au début du mois de février :

« Concernant la Prime d'excellence Scientifique, l'Université d'Aix Marseille a fait le choix d'en assurer directement l'attribution et ne s'inscrira donc pas dans la campagne nationale d'évaluation des candidatures des enseignants chercheurs pour son attribution en 2012. 

Conformément à la règlementation, la prime sera attribuée par le président de l'université après avis du conseil scientifique restreint. »

Par « L'université d'Aix-Marseille » il faut entendre tout sauf les conseils élus qui n'ont absolument pas été consultés sur la question. À la demande des élus FSU au CA d'inscrire à l'ordre du jour le choix de l'attribution de la PES a été répondu que la réglementation ne l'impose que lorsque le président choisit de faire appel à l'instance nationale pour évaluer les demandes. Puisque le président a décidé que l'attribution se ferait directement par l'université, le CA serait – au mieux – informé. Notez que la décision n'appartient donc qu'au seul président !

 

Cette pratique était celle de l'université de la Méditerranée, les deux autres universités ayant fait le choix de s'appuyer sur l'évaluation de l'instance nationale. Force est de constater que le chemin pris par AMU – puisque c'est ainsi qu'ils ont décidé de bien mal nommer notre université – consiste à étendre les pratiques de U2 aux autres universités et non de mettre en commun les pratiques à travers la consultation …

 

Le SNESUP-FSU réaffirme son opposition aux primes, vecteur de concurrence nocive entre collègues, au profit d'une réelle réévaluation des carrières et des salaires ; cependant puisqu'obligation est faite aux universités de distribuer ces primes, le SNESUP-FSU pose en principes pour la campagne 2012 :

  • la discussion et la transparence des critères, rendus publics avant la campagne d'attribution ;

  • l'anonymat de l'évaluation ;

  • le recours à 2 experts de la discipline extérieurs à l'établissement, élus au CNU pour l'évaluation des demandes ;

  • l'impossibilité d'être expert lorsqu'on est par ailleurs candidat.

Le SNESUP-FSU pose en objectif :

  • le même montant de prime pour le collège A et le collège B ;

  • une répartition équilibrée du nombre de primes attribuées entre les deux collèges ;

 

C'est en ce sens que s'exprimeront les élus au CS et au CA sur les listes soutenues par le SNESUP FSU (« Démocratie, service public, partage des savoirs »).

 

Enfin,le dispositif devant évoluer pour la campagne 2013, le SNESUP-FSU défend l'évaluation des enseignants-chercheurs par le CNU et non par des experts nommés par les universités, comme le souhaite la Conférence des Présidents d'Université.

 

 

Marseille le 23 mars 2012

Commenter cet article

Julien Lefèvre, MCF Informatique, U2 25/03/2012 15:03

Il serait bien aussi, qu'on puisse éventuellement, à titre personnel, reverser la prime à son labo/équipe de recherche. Possible ?